Aller directement au contenu
Désactiver la version mobile Ouvrir le menu

Sclérose en plaques, problèmes visuels et …

Duquette, J. (2011). Sclérose en plaques, problèmes visuels et interventions en déficience visuelle : document-synthèse de veille informationnelle. Longueuil : INLB. 13 pages.

La sclérose en plaques (SP) est une maladie dégénérative qui entraîne une démyélinisation progressive du système nerveux central. La forme la plus courante est caractérisée par un cycle poussées-rémissions, avec des poussées définies, suivies de rémissions complètes ou partielles. Avec le temps, la capacité de l’organisme à réparer la myéline peut diminuer ; les altérations neurologiques finissent par ne plus régresser et par constituer des lésions. La SP présente donc une multitude de signes et symptômes, entre autres sur les plans moteur et visuel; des problèmes cognitifs et psychologiques peuvent aussi être présents.

La névrite optique est souvent l’un des premiers symptômes de la SP. L’incapacité visuelle résultante, dans l’oeil affecté, est typiquement causée par un scotome central qui entraîne une réduction de l’acuité visuelle et de la sensibilité au contraste ainsi que des défauts du champ visuel. Dans la plupart des cas, il y a un recouvrement spontané de la vision avec une acuité visuelle d’au moins 20/40 après la période de récupération, qui dure habituellement entre 6 et 12 semaines. Toutefois, il se peut qu’une déficience visuelle persiste. Environ la moitié des personnes avec SP ont une récurrence de névrite optique au cours des 10 années suivant le premier épisode.

Avec l’âge, les personnes ayant une SP présentent une déficience progressive de la discrimination des couleurs presque deux fois plus rapidement que celles sans SP. La SP peut aussi occasionner une hémianopsie; le degré de récupération varie selon la taille du défaut initial du champ visuel.

Le déficit oculomoteur le plus fréquemment associé à la SP est l’ophtalmoplégie internucléaire, laquelle entraîne une diplopie. Par ailleurs, tous les types de nystagmus peuvent être rencontrés chez les personnes qui ont une SP, avec comme conséquences possibles des difficultés de lecture, une oscillopsie (impression de mobilité apparente des objets fixés), une vision embrouillée ou des vertiges. Finalement, une dysmétrie oculaire et une parésie du regard peuvent être présentes.

La SP peut entraîner des incapacités visuelles qui nécessitent des interventions en réadaptation en déficience visuelle. Dans ce cas, les besoins sur le plan du grossissement, de l’amélioration des contrastes et de l’augmentation du champ visuel doivent être considérés, en tenant compte également des atteintes physiques et cognitives. Il faut aussi se rappeler que les problèmes visuels, conjugués aux problèmes moteurs et de sensibilité, peuvent aussi avoir un impact sur la sécurité lors des déplacements et doivent de ce fait être considérés.

Sujets : Sclérose en plaques; Modèle d’intervention; Adulte

Type de document : Veille informationnelle

Aussi disponible en anglais sous le titre : Multiple sclerosis, vision problems and visual impairment interventions

accès au résumé

http://www.inlb.qc.ca/wp-content/uploads/2015/01/Scl–rose-en-plaques_probl–mes-visuels_interventions-en-DV.pdf#page=3

accès au texte intégral, format pdf

http://www.inlb.qc.ca/wp-content/uploads/2015/01/Scl–rose-en-plaques_probl–mes-visuels_interventions-en-DV.pdf