Aller directement au contenu
Désactiver la version mobile Ouvrir le menu

… protocole de traitement offert à Cuba pour les personnes ayant une RP

Duquette, J. (2010). Existe-t-il des données probantes quant au protocole de traitement offert à Cuba pour les personnes ayant une rétinite pigmentaire ? document-synthèse de veille informationnelle. Longueuil : INLB. 11 pages.

La rétinite pigmentaire (RP) représente un groupe hétérogène de maladies génétiques visuelles, chroniques et progressives. Elle entraîne une dégénérescence progressive des cellules photoréceptrices de la rétine qui affecte surtout les bâtonnets, responsables de la vision nocturne. Il s’ensuit une perte graduelle du champ visuel périphérique jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’une vision centrale et ensuite, une dégénérescence des cônes qui peut mener éventuellement à la cécité complète.

Les traitements offerts à Cuba aux personnes qui ont une RP comprennent une chirurgie de l’oeil, de l’ozonothérapie, de l’électrostimulation et des médicaments. En 2009, le traitement initial de la RP nécessitait une hospitalisation de trois semaines et coûtait apparemment un peu plus de 10 000 $; par la suite, chaque traitement semestriel d’ozone coûtait environ 4 900 $. Le but de la chirurgie est, selon les médecins cubains, d’augmenter le débit sanguin dans la partie rétinienne en dégénérescence et de stabiliser ainsi la maladie. Toutefois, selon le président de l’Association des médecins ophtalmologistes du Québec, les prétentions scientifiques à la base de ce traitement sont erronées car la rétinite pigmentaire est une maladie cellulaire qui n’a rien à voir avec la circulation sanguine. Par ailleurs, des complications post-opératoires ont été rapportées dans la littérature. Quant à l’action de l’ozone, son mécanisme et ses effets ne sont pas clairs ni complètement compris d’un point de vue théorique.

Une seule étude clinique cubaine conclut qu’il peut être utile d’administrer aux six mois des traitements à l’ozone aux personnes qui sont aux premiers stades de la RP. Toutefois, aucune étude longitudinale n’a été publiée sur l’effet à long terme de la répétition semestrielle de ce traitement. Par ailleurs, ces conclusions s’appuient seulement sur des mesures de champ visuel, lesquelles sont subjectives. Aucune mesure objective basée sur un électrorétinogramme n’a été effectuée, ce qui affaiblit grandement la validité de l’étude. Par ailleurs, les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Ozone : Science & Engineering, laquelle n’est pas une revue scientifique médicale. Or, la révision et l’analyse critique par des pairs, comme des experts en rétine indépendants et impartiaux, est un processus important pour établir l’acceptabilité d’une étude et pour le développement scientifique. Aucune étude indépendante n’a montré que les traitements cubains permettent d’améliorer ni de stabiliser la fonction rétinienne de manière prolongée. Berson et al. (1996) ont même soulevé la possibilité que ces interventions pourraient aggraver le cours de la maladie.

Le protocole d’interventions cubain n’ayant pas fait l’objet d’une analyse critique, plusieurs instances d’importance dans le domaine de l’ophtalmologie, comme la Société canadienne d’ophtalmologie, l’Association des médecins ophtalmologistes du Québec, la Fondation RP de recherche au Canada et la RP Foundation Fighting Blindness aux États-Unis, ainsi que plusieurs auteurs et chercheurs, mettent en doute ces traitements ou considèrent qu’ils sont inutiles.

Sujets : Rétinite pigmentaire; Thérapeutique; Cuba

Type de document : Veille informationnelle

Aussi disponible en anglais sous le titre : Is there evidence supporting the Cuban treatment for retinitis pigmentosa ?

accès au résumé
http://www.inlb.qc.ca/wp-content/uploads/2015/01/R–tinite-Pigmentaire-Cuba.pdf#page=2

accès au texte intégral, format pdf
http://www.inlb.qc.ca/wp-content/uploads/2015/01/R–tinite-Pigmentaire-Cuba.pdf