Aller directement au contenu
Désactiver la version mobile Ouvrir le menu

Les facteurs influençant la participation au travail des personnes ayant une déficience visuelle

Duquette, J. (2013). Les facteurs influençant la participation au travail des personnes ayant une déficience visuelle : document-synthèse de veille informationnelle. Longueuil : INLB. 19 pages.

Bien que les individus qui ont une déficience visuelle aient un niveau de scolarité comparable à celui de la population en général, ils sont proportionnellement beaucoup moins nombreux à occuper un emploi. En 2006, selon l’enquête canadienne sur la participation et les limitations d’activités, seuls 35 % des individus de 15 à 64 ans, qui avaient une limitation visuelle, ont déclaré avoir un emploi. Ce taux était nettement inférieur à celui des individus québécois sans incapacité (73 %).

Plusieurs facteurs personnels et environnementaux sont associés à la participation au travail des personnes qui ont une déficience visuelle. Certains facteurs personnels sont non modifiables (ex. : degré de sévérité de la déficience visuelle, âge et sexe, âge au moment d’apparition de la déficience visuelle, présence d’une ou plusieurs déficiences additionnelles). Par contre, certaines aptitudes et habitudes de vie peuvent l’être, de façon à augmenter le potentiel de participation au travail (ex. : comportement; capacité de communication, de déplacement; responsabilités; éducation; travail; recherche d’emploi). Plusieurs facteurs environnementaux ont aussi une influence sur la probabilité d’obtenir et de maintenir un emploi (ex. : réception de services d’enseignement spécialisé, de réadaptation, d’orientation professionnelle; milieu de vie; lieu de résidence; milieu de travail / attitudes et accessibilité).

L’importance de la réadaptation au travail est évidente. Elle permet d’augmenter l’accès et le maintien à l’emploi, les interventions étant centrées tant sur les facteurs personnels (ex. : capacités compensatoires en lien avec le travail; comportement) que sur les facteurs environnementaux de nature sociale (ex. : comportement de l’employeur) et physique (aménagement des lieux et du poste de travail).

L’intervention précoce est un élément clé du succès des interventions en réadaptation au travail. En plus des phases de préparation, d’intégration et de maintien au travail, une phase préliminaire doit être prévue pour les adolescents. Il est par ailleurs important de développer un cheminement intégré entre les milieux de réadaptation (y compris l’arrimage pédiatrique et adulte), d’éducation, de travail, les organismes sociaux et gouvernementaux et autres.

Sujets : Intégration au travail; Adulte

Type de document : Veille informationnelle

Aussi disponible en anglais, sous le titre : Factors influencing work participation for people with a visual impairment

accès au résumé

http://www.inlb.qc.ca/wp-content/uploads/2015/01/Facteurs-influencant-participation-au-travail-des-personnes-avec-DV.pdf#page=3

accès au texte intégral, format pdf

http://www.inlb.qc.ca/wp-content/uploads/2015/01/Facteurs-influencant-participation-au-travail-des-personnes-avec-DV.pdf