Aller directement au contenu
Désactiver la version mobile Ouvrir le menu

Les mots et le cerveau : est-ce que la réadaptation en lecture pour les personnes ayant une dégénérescence maculaire liée à l’âge peut améliorer le fonctionnement cognitif ? (CRIR-1284-1217)

Chercheur principal : Walter Wittich, École d'optométrie, Université de Montréal

Cochercheur(s) : Eva Kehayia, Université McGill
Natalie Philips, Université Concordia
Julie-Andrée Marinier, Université de Montréal
Aaron Johnson, Université Concordia

Résumé du projet :

Le but de ce projet de recherche est d’étudier, chez les personnes ayant une basse vision, dans quelle mesure la réadaptation visuelle, spécifiquement pour la lecture, pourrait avoir un effet protecteur ou bénéfique sur le fonctionnement cognitif. Pour cela, l’équipe de recherche vise à répondre aux questions suivantes :

  • La réadaptation de la basse vision réduit-elle l’effort de lecture?
  • Si oui, la réduction de l’effort de lecture augmente-t-elle l’activité de lecture?
  • Si oui, l’augmentation de l’activité de lecture améliore-t-elle le fonctionnement cognitif?

Pour répondre à ces questions, l’équipe de recherche suivra, de novembre 2018 à septembre 2019, un groupe de 130 personnes âgées de 65 ans et plus ayant une basse vision et qui ont récemment été orientées vers les services de réadaptation de l’INLB.

Les participants seront alors suivis sur une période de 9 mois et feront l’objet d’une comparaison avec 50 usagers (groupe contrôle) également atteints de basse vision mais qui suivent une réadaptation pour des raisons autres que la lecture.

Quelles sont les retombées anticipées de ce projet?

  • Le développement des connaissances sur le rôle préventif d’interventions de réadaptation sur le déclin cognitif.
  • L’étude des liens entre la déficience visuelle et la cognition.
  • Une contribution à l’autonomie et à la qualité de vie des personnes âgées atteintes de déficiences sensorielles et cognitives, puisqu’une réadaptation réussie en lecture réduira les efforts associés à la lecture, permettant aux usagers de participer à des activités cognitives plus stimulantes.

Participation d'usagers INLB : Oui