Aller directement au contenu
Désactiver la version mobile Ouvrir le menu

Louis Braille

Louis BrailleLouis Braille est né le 4 janvier 1809 à Coupvray, petit village de France situé à l’est de Paris.

À l’âge de trois ans, alors qu’il joue avec une serpette servant à couper le cuir dans l’atelier de bourrellerie de son père, il se blesse gravement à un œil. Au bout de quelques mois, l’autre œil est contaminé. Il s’agit d’un cas d’ophtalmie par sympathie, et Louis Braille perd complètement la vue.

Il fréquente l’école de son village puis, à l’âge de 10 ans, est admis à l’Institution Royale des Jeunes Aveugles de Paris (devenue depuis l’Institut national des jeunes aveugles), fondée en 1784 par Valentin Haüy. Il y passera 24 ans de sa vie, d’abord comme élève, puis comme professeur, et y mettra au point son alphabet.

Élève appliqué, intelligent, travailleur, tenace, il réussit dans toutes les disciplines. À cette époque, c’est le système mis au point par Valentin Haüy, consistant en des caractères gaufrés sur un carton, qui servent de support écrit à l’enseignement.

En 1821, le Capitaine Nicolas-Marie-Charles Barbier de la Serre présente à l’Institution Royale son système phonétique en relief, l’« écriture nocturne », destiné à être utilisé dans l’obscurité par l’armée. Ce système est adopté comme méthode accessoire d’enseignement. Louis Braille, alors âgé seulement de 12 ans, propose des améliorations puis, en 1824, met au point son propre système alphabétique.

Dès l’âge de seize ans, Louis Braille exerce déjà à l’Institution Royale la fonction de « répétiteur aveugle » puis, à partir de 1827, celle de professeur. Il enseigne des matières aussi diverses que la grammaire, l’histoire, la géographie, l’arithmétique, l’algèbre, la géométrie, le piano, le violoncelle.

Il rédige un « Procédé pour écrire les paroles, la musique et le plain-chant » au moyen de points à l’usage des aveugles et disposés pour eux. Le système braille naît officiellement avec la parution de la première édition de ce procédé, en 1829. Louis Braille y apporte des améliorations et une deuxième édition paraît en 1837; c’est ce système qui est encore en vigueur aujourd’hui.

Louis Braille meurt le 6 janvier 1852, à l’âge de quarante-trois ans, victime de la tuberculose qui le mine depuis près de dix-sept ans. En 1952, ses cendres sont transférées au Panthéon.

Sa maison natale, qui abrite le Musée Louis-Braille ainsi qu’une bibliothèque, a été restaurée en 1997.

Pour en savoir plus

Il existe des centaines de sources, pour ne pas dire des milliers, sur la vie et l’oeuvre de Louis Braille. Nous vous présentons ici une sélection de références et de liens en langues française et anglaise.

  • Birch, Beverley. Louis Braille : l’inventeur du langage qui permit aux aveugles de lire. Montréal : L’Étincelle, 1990. 64 p. (Les gens qui ont aidé l’humanité ; 2).
  • Davidson, Margaret. Louis Braille, l’enfant de la nuit. Paris : Gallimard, 1990. 103 p.p.(Folio cadet rouge ; 225).
  • Henri, Pierre. La vie et l’oeuvre de Louis Braille : inventeur de l’alphabet des aveugles (1809-1852). Paris : Presses Universitaires de France, 1952. 128, [12] p.p. : 8 planches.
  • Rex, Evelyn J. et al. Foundations of braille literacy. New York : American Foundation for the Blind Press, 1994. 153 p.p.
  • Roblin, Jean. Les doigts qui lisent : vie de Louis Braille 1809-1852. Monte-Carlo : Regain, c1951. 124 p.p.
  • Sullivan, Joseph E. Louis Braille. [en ligne]. (page consultée le 17 novembre 2014).
  • «La vie de Louis-Braille : texte basé et extrait des livres de Pierre Henri et de Jean Roblin». La canne blanche, numéro 4 (octobre/novembre/décembre 1996). p.pp. 2-8.