Aller directement au contenu
Désactiver la version mobile Ouvrir le menu

Hémianopsie homonyme

L’hémianopsie consiste en la perte d’un côté complet du champ visuel périphérique (ex. : l’hémianopsie homonyme gauche signifie que l’usager ne perçoit ni le champ gauche de son œil gauche, ni le champ gauche de son œil droit). L’hémianopsie homonyme est le plus souvent causée par un accident vasculaire cérébral (AVC), une tumeur cérébrale ou un traumatisme crânien.

Même si dans plusieurs cas la vision centrale sera préservée, l’usager aura quand même beaucoup de difficulté à lire et à suivre correctement son texte.

Quels sont les effets de l’hémianopsie homonyme ?

Le problème principal se situe au niveau des déplacements. L’usager est toujours à risque d’entrer en collision avec des objets ou des personnes du côté qu’il ne voit pas. L’usager doit toujours être très attentif et compenser le mieux possible pour son problème de champ visuel en effectuant des mouvements fréquents avec les yeux du côté du champ atteint (balayage visuel).

L’hémianopsie homonyme est souvent accompagnée par certaines formes de négligence. La négligence est définie comme un manque d’attention. Le patient va ignorer inconsciemment le demi-champ visuel atteint. La négligence rend la réadaptation beaucoup plus difficile.

Certains exercices peuvent être proposés par les spécialistes en réadaptation pour améliorer le balayage visuel lors des déplacements et utiliser au besoin une canne de détection. D’un point de vue optique, des prismes sectoriels et même des miroirs peuvent parfois aider à la compensation. Finalement, des lunettes prismatiques peuvent, dans certains cas, faciliter la lecture.

Vincent Moore, optométriste

Simulateur

L’Institut Nazareth et Louis-Braille a développé un simulateur d’hémianopsie homonyme. Sous forme de lunettes, ce simulateur peut être utilisé pour sensibiliser les proches d’une personne atteinte à la façon dont elle voit et à prendre conscience des impacts de la maladie  au quotidien.

Simulateur-Hemianopsie

 

Pour plus de renseignements, visitez la page Simulateurs de pathologie.